Trek au Sommet de l’Atacama – Jour 1

Le grand départ

Vendredi 13 Septembre 2019 :

Il faut dire au revoir à mon conjoint, et à nos chats. C’est toujours le mauvais moment.
Vers 5h, je retrouve mes voisins (qui travaillent dans la même entreprise), ils ont été d’accord de m’emmener au travail avec eux.

Après une matinée de travail, vers 12h, c’est l’heure de partir pour l’aéroport… Je vais me mettre en tenue « de voyage » pour être à l’aise pour ces heures interminables qui m’attendent.
Le stress commence à être très présent. Je suis comme dans un état second. Même si je me trouve plutôt zen pour l’instant…
La route se passe sans encombre, pas de bouchons. On rigole bien. Du coup, nous sommes bien en avance mais on va aller boire un coup sur la terrasse de l’aéroport. Il fait très beau aujourd’hui.
Mon collègue ne cesse de me répéter « Tu te rends compte de la chance que tu as?? », et je lui réponds honnêtement « Là aujourd’hui, non… je suis complètement angoissée. J’ai l’impression d’avoir fait une grosse connerie de m’être inscrite à ce voyage ». Bref. Je n’arrive pas à être positive au vue de tout le stress qui arrive.
Je me dis que j’aurais eu mieux fait de ne jamais m’inscrire, comme ça, je serais chez moi ce soir, dans mon lit tranquille plutôt que dans un avion. Au fond de moi, à ce moment là, il me tarde même d’être le 29 Septembre…
Sortir de sa zone de confort n’est jamais quelque chose de facile.
Ne soyez pas choqué, je vous dis juste la vérité : les jours de départ, quand je pars seule, l’angoisse domine mes pensées. Cela rend le voyage d’autant plus compliqué mais honnêtement, je n’ai jamais regretté !

Mon collège me dit au revoir et me laisse devant les portiques pour rejoindre le côté « français » de l’aéroport. Je me sens soudain bien seule. Mais en même temps, je savais que ça arriverait. Et je peux être fière aujourd’hui d’être ici, à ne pas me laisser dominer par mes peurs et mes angoisses.

Je vais déposer mon bagages en soute… cette fois ça y est. Je pars pour la douane et pour ma porte d’embarquement.
Lorsque j’y arrive, je ne peux pas m’empêcher de regarder tous les gens qui seront dans mon vol. J’analyse. J’ai toujours en tête les attentats (oui je sais, je suis complètement angoissée), ou l’émission « La minute de Vérité » qui revient sur les crashs d’avion 😅.
C’est l’heure d’embarquer, et je ne fais pas la fière…
Je prends place, et respire à fond pour combattre l’angoisse qui monte.
Le seul truc qui arrive à me rassurer, c’est de me dire que les autres du groupe seront à Paris aussi ce soir. Donc en gros, là je fais mon vol seule, un peu d’attente, puis les autres seront là.

Lorsque l’avion commence à se déplacer pour rejoindre la piste de décollage, je me souviens encore de la phrase que je me dis intérieurement : C’est la dernière fois que tu t’infliges ça. Cette phrase est forte, et je m’en souviendrais toujours. Le mot « s’infliger » prouve à quel point je souffrais sur le moment.
Puis je me suis dit qu’il fallait que j’y aille par étape : déjà prendre le vol pour Paris et APRES seulement, aviser si je ne veux vraiment pas y aller (et au fond je sais très bien que je n’en arriverais pas là, mais ça me laisse une échappatoire).

Le vol se passe bien. Il est surtout encore plus court que je ne le pensais : 50 min. C’est la bonne surprise.

Il est 18h et nous atterrissons à Paris. Tout le monde prend le chemin pour récupérer ses bagages et moi je bifurque au « Transfers ». La porte d’embarquement n’est pas encore indiquée pour mon vol. Du coup je pars manger un bout de tarte en attendant. Je m’achète également un petit carnet de voyage pour pouvoir noter mes impressions jour après jour.
Le coucher de soleil est splendide, je vais l’observer au fond du terminal où il y a des sièges avec une grande baie-vitrée.

Je commence à me détendre. A me dire que ça y est, je suis là. Et l’envie reprend gentiment sa place. Je n’en reviens pas.

Je vais me balader dans le terminal, j’envoie des messages à mes amis. J’essaye de tuer les 5h d’attente comme je le peux. Il y a un pigeon dans le terminal… du coup j’essaye de trouver un mec de la sécurité pour lui en parler, mais ils ne peuvent pas faire grand chose apparemment… ça m’aura occupé un moment…
J’observe aussi les gens. Il y a un couple que je remarque, jeans et baskets, qui me semble pouvoir être Valérie et Philippe du groupe. En me promenant, je pense reconnaître la chevelure de Jenny sur un banc (merci Facebook), en pleine conversation, sûrement avec Stephen qui sera donc aussi de la partie. Je préfère ne pas les déranger.


Puis l’heure d’embarquer arrive. Il est 23h et le vol décollera à 23h40 environs.
Je vois Jenny, qui s’approche de moi. On se présente, et elle me présente aussi Stephen. Ils ont l’air juste trop sympas, ça me rassure. Puis je vois les 2 personnes que j’avais repéré au loin, qui nous observe. Du coup je fais exprès de mettre en évidence ma pochette avec le nom de l’agence, et tout de suite ils viennent nous rejoindre. C’était donc bien eux!
Ils se présentent, Valérie et Philippe, 50 ans. Au bout de 30 secondes, on se met déjà à rire. C’est comme si un poids énorme s’enlevait. On discute une dizaine de minutes, et on se rend vite compte qu’on a fait les mêmes voyages (beaucoup plus pour eux quand même).

Je dois embarquer un peu avant car j’ai pris la Premium. On se dit donc « bon vol et à tout à l’heure à Santiago ». Je trouve ma place et me sens complètement soulagée. Je suis tout devant, donc j’aurais pas mal de place pour mes jambes. Il y a quelqu’un qui s’assoit à côté de moi (déception 😅). Puis je vois Philippe et Valérie qui passent 😊
L’avion décolle, et c’est partit pour 14h30 de vol ! Plus rien ne m’importe, je suis complètement soulagée d’avoir trouvé le groupe qui me parait juste génial. En plus le vol est très doux.
Je regarde beaucoup de films, je mange, j’attends, j’écoute de la musique… mais jamais je ne dors…

Jour suivant –>

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :