Trek au Sommet de l’Atacama – Jour 3

Le trek commence !


Dimanche 15 Septembre 2019 :

Réveil vers 6h30 pour avoir le temps de bien préparer mes affaires avant de dormir sous tente dès ce soir.
J’ai vraiment très bien dormi.
En regardant par la fenêtre, je vois que le temps est nuageux.
Je file au petit déjeuner (mon moment favori 😋), j’y retrouve Val et Phil qui sont déjà là. Jenny et Stephen nous y rejoignent. C’est un buffet, très bon ! Il n’y a que le café que je trouve horrible, je risque de ne boire que du thé ici !

Nous retournons dans nos chambres pour préparer les sacs. Il faut que je garde des affaires comme l’appareil photo, l’argent, un pull sur moi. Tout le reste va partir en 4×4 sur notre lieu de bivouac directement.
Vers 9h, Eduardo nous attend à l’accueil de l’hôtel et nous partons visiter la ville de Arica.
Nous découvrons les bâtiments de Gustave Eiffel.

Puis nous filons au port pour observer les pélicans et les lions de mer. Cet endroit est génial. Il y a les bateaux de pêche qui sont revenus, même les chats se régalent à manger les restes. Les lions de mer sont très près ainsi que les pélicans 😍.

Le spectacle est magique. J’avais envie de rester ici des heures !
Mais il faut repartir, nous partons maintenant pour le marché agricole de Arica, mélange de saveurs régionales. C’est aussi très sympa de se balader au travers des allers de fruits et légumes de toutes les couleurs. Très typique. C’est une bonne introduction au Chili.


Puis nous reprenons la route, en passant devant des Géoglyphes pour aller au musée archéologique d’Azapa.

Superbe musée avec des momies parmi les plus anciennes du monde. La visite a été super intéressante et très prenante.


Puis nous nous dirigeons vers un petit village pour manger. Le restaurant est très typique, nous mangeons plutôt très bien !

Eduardo nous demande de commencer à beaucoup boire, car nous allons monter en altitude aujourd’hui (3200m). La route est longue, nous passons dans des endroits absolument désertiques. Tout semble extrêmement sec ici.

Il y a des travaux le long de la route, nous en profitons pour aller voir d’immenses Cactus le long de la route à pieds.

Après quelques heures de route (où je voyais l’altitude grimper à plus de 3000m), nous arrivons là où notre trek commence. Au milieu de nulle part. Juste une bourgade. Nous sommes à plus de 3200m d’altitude. Nous allons descendre un peu plus de 200m de dénivelé sur 5 km pour rejoindre notre campement pour la nuit.
Le chemin est sympa, il fait bien chaud, il y a des cactus partout.


On est vraiment au milieu de la nature, le soleil commence à petit à petit à décliner plus nous descendons dans cette vallée.

Puis, après 1h30 de marche, nous arrivons à notre premier campement. Enrique (l’associé de Eduardo et notre guide pour les grosses randos) a déjà tout monté.
L’endroit est vraiment sympa ! Ma tente est prête, je peux déjà aller y installer mes affaires. C’est super !

Au loin, on entend des ânes sauvages…je me sens vraiment privilégiée d’être ici, sans personne, à vivre ça. Même si pour moi, l’éloignement de tout secours est dur à vivre, je me rends compte à quel point c’est génial de pouvoir vivre une expérience pareille.

J’installe mes affaires dans ma tente, il commence à faire frais.

La nuit tombe. Le froid arrive, mordant. J’enfile déjà ma doudoune en me disant que ça risque d’être compliqué lorsque nous dormirons à 4500m 😅.
Enrique et Eduardo ont commencé à faire à manger. Nous les rejoignons dans la tente mess. Il y fait un peu plus chaud. La soupe se prépare.
Nous en profitons pour discuter un peu autours d’un bon maté de coca, et nous commençons à manger.

Le chien d’une habitante des alentours a accompagné Enrique sur tout son parcours, du coup l’habitante en question est venue à pied le récupérer. Elle prend le thé avec nous.

Puis l’heure de se coucher arrive. Le ciel est splendide. Je n’avais jamais vu une clarté pareille… On peut voir toutes les constellations et la voie lactée. Eduardo sort son laser pour nous montrer la constellation du Scorpion, entre autres.
Il fait froid mais c’est magique.

Nous partons nous coucher. Le rituel de se brosser les dents en regardant le ciel s’est déjà mis en place.


Je tente, en vain, de dormir. Impossible cette nuit. Entre l’altitude, le fait d’avoir froid, d’être pas super bien installée, l’excitation, de boire de trop et d’aller au petit coin toutes les 30 minutes… ce cocktail parfait pour ne pas trouver le sommeil malgré la mélatonine avalée.
Mais je me sens quand même chanceuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :