❄️Le froid glacial des Spitzbergs et de la Norvège en Hiver ❄️

Durée : 10 jours
Période : du 29 Mars au 09 Avril 2018
Type de voyage : en solo, aventure, sportif et découverte

Et voilà, 8 mois après mon premier voyage en solo, j’ai décidé de retourner dans ces contrées lointaines nordiques, mais en hiver cette fois. Ce qui change absolument tout ! Les paysages sont sublimés par la neige. Par contre le froid… est mordant. Habillez-vous chaudement pour ce récit de 10 jours dans le Grand Nord !

Pourquoi décider de re-partir seule ?
Car mon expérience de l’été passé m’a complètement envoûté. Et qu’en plus, j’avais envie de revenir ici pour tenter de voir l’Ours. En Hiver, les paysages avaient l’air dingues et complètement différents.
Et plutôt que de recommencer à chercher des gens avec qui partir, j’avais tellement aimé venir seule que j’ai re-signé !

Pourquoi re-partir au Svalbard et ne pas changer de destination ?
L’hiver, le Svalbard est complètement un autre monde. Les paysages sont complètement différents et féériques. Plus lumineux aussi. Les activités ne sont donc pas du tout les mêmes.
J’ai donc décidé de faire une sortie en motoneige pour un jour. Un jour de ski de rando. Et une expédition de 3 jours en chiens de traineaux. Il me restera un jour à prévoir en dernière minute.
Pour la partie Norvège, j’ai décidé de louer un appartement et de rayonner autours chaque jour. J’ai prévu de revoir Gorill et Aud de l’année passée, pour 2 jours ski avec elle.
Je vais donc devoir embarquer mes skis de rando (et de fond) avec moi pour ce séjour.
Re-partir dans un endroit que je connais a quelque chose de « rassurant » tout en étant une toute autre aventure.

Jeudi 29 Mars 2018 :

Ma valise est prête. Mes skis aussi. Je suis chargée comme une mule. Mon stress est bien moins élevé que ma première en solo mais il y a toujours cette appréhension du départ. Et je me fais confiance, la peur va forcément arriver.
Je suis plus détendue surement car je connais l’endroit et que je commence à me connaître aussi un peu…
J’ai trouvé un covoiturage qui a bien voulu m’emmener moi et mes skis. Rendez-vous sur un parking et direction Genève Aéroport. On discute pendant le trajet, il est assez sympa !
Il est environs 10h lorsque j’arrive à l’aéroport. J’enregistre mes bagages (et les skis en bagage spécial), passe les douanes et vais me poser un petit coup.

Une copine et son conjoint partent en Norvège aujourd’hui, on va donc se croiser à l’aéroport ! Et chose folle : ils auront le même vol que moi de Tromsø à Genève ! Fallait le faire !

On se rejoint à 10 min d’embarquer. On boit un coup en se racontant nos programmes, et c’est là que mon stresse monte clairement… en leur détaillant mon programme, je me rends compte que je m’embarque de nouveau pour 10 jours seule… eux sont 2 et je les envie finalement… ça y est, l’angoisse a pris le pas…

On se dit au revoir puis chacun part de son côté.


Je continue à essayer de me distraire en lisant « L’aube sera grandiose ».
Je vais embarquer. Le stress a bien resurgit… Mais qu’est ce que je fous là !? Pourquoi je me retrouve là de nouveau, aux portes d’un avion, alors que c’est ce qui m’angoisse le plus ?
Comme d’habitude, j’essaye de me dire que le premier vol est toujours le pire… le plus catastrophique.
Et puis arrivée à Oslo, j’aurais 7h d’escale. Au début, j’avais envie d’en profiter pour visiter la ville mais là, je ne pense qu’à une chose : qu’est-ce que tu es conne !

L’avion décolle. Mon cœur s’emballe. Et si il s’écrasait ? Merde, arrêtes de penser à ça…allez respire…


Le vol se passe pas trop mal. J’arrive presque à me dire que je retrouve la motivation pour visiter Oslo…Et enfin, nous atterrissons vers 15h.

Vu que mes bagages suivent, je demande directement comment faire pour sortir de l’aéroport et visiter la ville. Je vois une fille juste derrière qui écoute la réponse, elle me regarde et me dit en anglais qu’elle voudrait aussi visiter Oslo pendant son escale de 5h. On se décide à partir les 2 pour visiter. Et là, encore une fois, je me dis que partir seule, c’est tout l’inverse d’être seule !
Elle vient de Californie.

On prend le train express qui nous emmène en ville. C’est Pâques et malheureusement, beaucoup de magasins sont fermés. Mais nous nous promenons dans le froid (il fait super beau mais qu’est-ce-que ça caille!).

On se boit un smoothie (très approprié à la chaleur de l’air 😅) et continuons notre visite l’après-midi durant.
Son vol est 2h avant le mien donc on va commencer gentiment à repartir sur l’aéroport. Je suis contente car au moins, j’aurais fait quelque chose de ces 7h. Nous reprenons donc le train. Nous repassons les douanes. L’aéroport est plutôt sympa, il y a pleins de magasins, des restaurants… On va au duty free, elle veut s’acheter une crème et moi j’ai besoin de crème solaire SANS EAU (sinon ça gèle au Svalbard 😅).
On se mange une petite salade dans un petit « comptoir des salades » (qui deviendra mon resto favori de l’aéroport d’Oslo).
Puis on se dit au revoir, elle part pour Barcelone. Je me retrouve de nouveau seule mais je suis tout de même contente de ne plus avoir à réfléchir pour parler anglais.
Je vais visiter l’aéroport. Mon vol doit partir à 21h45, c’est un des derniers. L’aéroport se vide petit à petit…

L’heure d’embarquer arrive, enfin, après 7h d’escale (-12°C d’afficher 😨).

Je suis à une place « issues de secours » donc j’ai plein de place et personne à côté de moi, c’est trop bien ! J’ai un hublot. Parfait.
J’arrive à me détendre pendant le vol. Presque à dormir. Je suis tellement fatiguée…mais heureuse de retourner au Svalbard…

L’arrivée sur Longyearbyen est spectaculaire. Malgré la nuit, la lune diffuse une belle lumière et les montagnes enneigées apparaissent…
Il est 00h40 et je suis arrivée aux Spitzbergs.
La descente sur le tarmac pique un peu. Le froid, la glace… wouha… je suis direct dans l’ambiance polaire.

Le premier ours (peut-être le seul) que les gens voient au Svalbard…empaillé 😦

Récupération de mes bagages (ouf, tout est arrivé 😅). Je pars, chargée comme une mule, vers le bus.


Le temps que tout le monde monte, il se passe presque 1h.
Il est presque 2h du matin lorsque le bus me dépose pas loin de mon hôtel (un des premiers arrêts).
Le temps est clair, il y a une petite lueur (ce sont les derniers moments de nuit ici, avant le soleil de minuit). Le froid est juste….glacial !

Je tente de traîner mes sacs comme je le peux dans la neige, mais je suis zen, détendue.
Soudain, apparaît devant moi un obstacle : un pont avec escaliers en bois à traverser… je suis donc obligée de passer déjà avec ma valise, puis de retourner récupérer mes skis en prenant soin de ne pas glisser sur le bois glacé😅. Ah les joies de voyager seule !

J’ai pris 3 nuits dans un hôtel magnifique qui vient d’ouvrir (les prix étaient donc pas « ultra exorbitants » à ce moment là), situé au centre-ville de Longyearbyen. Ça me changera de la guesthouse à 2km !
En découvrant ma chambre, je suis aux anges ! C’est SUBLIME. Et j’ai MA salle de bains privée… tout est flambant neuf et il fait bien chaud. Je n’ai même pas envie de dormir tellement je suis heureuse !

Je défait un peu mes bagages, range mes affaires et me prépare pour aller au lit. Il est presque 2h30 lorsque je me glisse dans le lit confortable.
Je ne dors pas très bien malgré le confort, l’excitation et le fait d’être ailleurs sûrement…

**************************************

Vendredi 30 Mars 2018 :

Après une courte nuit, je me réveille en allant directement regarder par la fenêtre…et WOUHA. Je n’avais rien vu en arrivant hier vu qu’il faisait nuit mais le temps est sublime, la neige partout… c’est féérique…
Je vois même un renne au loin… je suis complètement excitée de découvrir le Svalbard sous la neige.


Je me prépare pour partir au petit déjeuner buffet de l’hôtel. Mon moment préféré 😆.

Il y a des gaufres, du pain, de la confitures, des céréales, des œufs… bref TOUT ce que j’adore et plus encore !

Puis je vais me préparer pour partir à la journée en motoneige. J’ai repris la compagnie de l’année passée. J’avais adoré leur sérieux et les tours qu’ils proposent.
Ils doivent venir me chercher à 9h.
Je stress un peu, car je n’ai jamais fait de motoneige de ma vie… J’ai peur d’être le boulet du groupe et de ne pas forcément aimer ce moyen de transport (vitesse, bruit…).

Vers 9h, je vois qu’une autre fille attend aussi, et elle sera effectivement avec moi sur le tour. C’est une suédoise qui voyage également seule. Elle habite Zurich !
La compagnie arrive. Le guide se présente, Matt et l’autre guide est française. Il y a aussi les autres participants.
Nous nous dirigeons vers l’entrepôt où le guide va nous expliquer l’itinéraire et les règles de sécurité. C’est également ici que l’on va prendre nos grosses combinaisons chaudes, les mouffles, etc. Et heureusement !
L’endroit où nous allons aller aujourd’hui s’appelle Tempelfjorden.

Nous sortons donc dans le froid glacial pour choisir nos motoneiges. Je prends le numéro 14.
Le guide établi un ordre. Il faut le suivre, ne pas s’aventurer ailleurs. Il y aura le guide devant et la guide derrière pour fermer le groupe.
La conduite est finalement plus facile que je ne le pensais. C’est même plutôt agréable.
J’ai juste la visière du casque qui gèle instantanément dès que ma buée se pose dessus. Je dois dégivrer cette visière, sinon je ne verrais rien !


Les paysages sont féériques. C’est juste fabuleux et à ce moment là, je suis heureuse. C’est immaculé… les montagnes, ce blanc partout… il y a même des rennes…
Au premier arrêt, nous contemplons les montagnes proches de Longyearbyen. Je vois le couple avec qui nous sommes se prendre en photo devant les paysages sublimes. Et d’un coup BAM, la femme tombe.
En fait, sous cette magnifique couche de neige, il y a un couche de glace folle… et on ne peut pas la voir. Du coup, c’est extrêmement glissant.
Quelques minutes après, 2ème BAM. Une autre personne vient de tomber… du coup je me dis qu’il faut être vraiment ultra prudent…
Le guide nous explique qu’il a énormément plu au début de l’hiver jusqu’à il y a peu, et que la neige est arrivée il y a quelques jours, pour recouvrir le sol complètement gelé. C’est traitre…

Nous reprenons la route, j’apprécie vraiment… c’est magique en fait, il n’y a pas d’autres mots.

Et nous nous arrêtons de nouveau quelques minutes après pour des photos. Et c’est là que tout bascule. Là que mon voyage aurait pu s’arrêter…

Je commence à descendre du motoneige pour faire des photos, quand soudain, au moment de toucher le sol, mon pied glisse sur le verglas invisible… Ma jambe tape dans le motoneige, et je tombe sur le dos avec violence. JAMAIS je n’étais tombée comme ça dans ma vie. Avec une rapidité pareille, je n’ai rien vu venir, et pourtant…
Heureusement, dans mon malheur j’ai de la chance : j’ai le casque, ce qui, je pense, m’a sauvé. Mais par contre, je sens clairement que le dos a morflé… je me relève tant bien que mal. Les guides me demandent comment je vais… je leur explique que je n’ai jamais eu aussi mal au dos mais que voilà, on verra… Le guide me demande si je veux qu’on me ramène à Longyearbyen, mais c’est hors de question de foutre en l’air ma journée…
Au fond de moi, je sais que je ne suis pas raisonnable. Qu’il aurait peut-être été préférable d’arrêter et éventuellement, faire une radio… mais non seulement l’excursion coûte chère, mais en plus c’est tellement magique que je ne veux pas me priver d’un moment comme ça pour un accident aussi bête.
Je décide donc de continuer.
Je n’arrive plus à tourner la tête ni à droite, ni à gauche… J’ai également le tibia qui a bien tapé….du coup je suis le groupe sans pouvoir vraiment bouger pour voir les paysages… L’appréhension a doublé… car je sais maintenant que sous nos motoneiges et sous cette neige immaculée, il y a un miroir dangereux…
Je ralentis trop le groupe car je conduits moins vite dû à ma peur. Du coup le guide me propose de passer en position n°2, soit juste derrière lui. Comme ça, les autres s’adapteront à ma vitesse et ça ne creusera pas l’écart au milieu du groupe… Je me sens bien Boulet à ce moment là mais bon. Comme il dit « on est pas là pour battre des records de vitesse », même si je sens que les autres du groupe auraient bien enclenchés la vitesse supérieure… tant pis.

Mais je profite quand même, c’est sublime… malgré la douleur.

Nous arrivons vers la fin du fjord, c’est sublime.
Nous descendons du motoneige pour manger. Aller faire pipi est un défi hors-norme. Entre le froid, la combinaison et la peur de re-glisser, je mets 5 ans à revenir vers le groupe pour manger. Mes doigts gèlent instantanément dès que j’enlève les moufles pour tenir la fourchette.


Puis nous reprenons la route. Là, il y a des rennes donc on s’arrête prendre des photos. Ils sont si beaux.

On passe ensuite par un espèce de canyon, le guide part déjà en éclaireur jusqu’au fond avant de nous donner le feu vert (à cause des ours).


Là, une personne du groupe nous dit « Ohhh regardez là !!!! »
Apparemment, il y a un sorte de grosse poule. Je dis « apparemment » car à ce moment là, impossible pour moi de tourner la tête… le sketch. Je suis comme une nouille, la tête axée droit devant, alors qu’à ma gauche il y a une immense poule… bref, je ne l’aurais jamais vu 😅
Le guide vient vers moi et me rassure en me disant que je me débrouille bien… j’ai envie de lui dire « mais bien sur t’as raison… », sauf que je ne sais pas comment lui expliquer sarcastiquement en anglais… donc je formule poliment un « merci », mais honnêtement, je sais bien que je suis un boulet. Depuis que je suis tombée, j’ai une peur folle de re-tomber et me re-faire mal…

Le tour se fini, le temps s’est un peu couvert mais c’était magnifique !
On revient à l’entrepôt et nous enlevons nos casques : LE BONHEUR de ne plus avoir de poids sur la tête. Je me sens nettement mieux, même si je suis complètement bloquée.
On repart en ville et en sortant, je discute 2 min avec la Suédoise qui est aussi à mon hôtel. On décide de se retrouver pour manger ensemble ce soir.
On retourne chacune dans nos chambres pour nous préparer. Je me dis qu’une bonne douche chaude me fera du bien pour détendre le dos. Puis je mets un peu de baume (par chance j’en ai emmené).
J’avoue que j’ai peur de m’être fait une commotion ou quelque chose de grave car j’ai super mal à la tête en plus d’avoir un torticolis horrible (s’il y a des médecins ou infirmières ici, allez-y, vous pouvez rire 😅).
Mais je me dis qu’on a pas bu de toute la journée (vu que l’eau gèle au bout de 10 min dans une gourde) et que ça joue forcément aussi.
Je prends aussi un paracétamol.
Et vers 18h (on mange tôt), nous partons manger dans un bar en face de l’hôtel.
C’est super sympa, on discute avec la suédoise. Elle adore voyager seule aussi, et on se dit que c’est vraiment une liberté folle de pouvoir faire ce qu’on veut quand on veut.
Puis on rentre à l’hôtel.


Je pars assez vite me coucher et j’aviserais au réveil demain si je fais ma sortie de ski de rando ou pas…

*************************************************

Samedi 31 Mars 2018 :

J’ai dormi. C’est déjà une bonne chose. Par contre au réveil… c’est la cata… toujours aussi mal, voir pire. Impossible de tourner la tête, ni de la lever, ni de la baisser.
Après, j’essaye de me dire que le ski de randonnée c’est assez doux pour le dos (la montée), mais j’ai peur pour la descente… si je me taule, ce serait la cata !

Je me reprends une bonne douche chaude et me remets du baume du tigre. Je me dis que ça ne peut que me faire du mal. Je pars au petit-déjeuner. Je suis quand même heureuse d’être là, surtout quand je vois le temps sublime… mais je reconnais que le moment est complètement gâché par la douleur et l’incertitude pour le reste du séjour : est-ce que je vais devoir annuler mes excursions ?

Au retour dans ma chambre, je me rends compte que la position assise est la pire. Que je suis mieux debout. Je décide donc de prendre part à l’excursion que j’avais réservé. Je me prépare, et sors avec mes skis devant l’hôtel.
Le minibus de la compagnie arrive, avec la guide (qui parle aussi français). Je lui explique mon problème, et lui demande s’il y aura des descentes « dangereuses ». A priori non.
Personne n’a de skis, je suis la seule à être venue avec les miens. Les gens ont même pensé que j’étais guide au début… 😅

On passe à l’entrepôt pour équiper les gens… ça prend des plombes et j’avoue que je m’ennuie ferme. Si j’avais su, je les aurais rejoints après et j’aurais dormi plus tard !
Ce qui me fait le plus peur, c’est de voir que les gens ne savent pas vraiment mettre une godasse de ski….??? Non mais ça craint !? Je ne la sens pas cette sortie…C’était pourtant marqué Niveau 4/5. Les gens devaient bien se douter du truc non ?

Bref, on part enfin au départ de la rando. Et là, on doit évidemment mettre nos skis… grosse blague, certains n’arrivent même pas à les mettre !
On check nos DVA avant tout. Nous sommes à l’ombre et la météo de l’hôtel annonçait -28 de ressenti. Et sérieux, j’ai l’impression que je suis littéralement en train de congeler sur place.

Les gens n’avancent pas, ça nous prend 30 min et ENFIN, on part. Et c’est là que je me rends compte que la journée va être longue…très longue.

Hier, je me suis sentie le plus gros boulet de la terre, mais là, c’est un niveau supérieur, voir au delà de l’imaginable.
Par ce froid si on ne reste pas en mouvement, on va clairement crever (et je ne blague pas 😨).
Et les boulets derrière qui découvrent le ski de rando… en mode touriste. Et qui ne se pressent pas en plus…
Je commence un peu à bouillir. Franchement au prix de la sortie, si c’était pour me cailler le cul en faisant du sur-place, j’aurais pu rester devant l’hôtel gratuitement.
Le gros problème ici, c’est qu’on ne peut pas séparer le groupe (risque avec les ours polaires). Donc il faut rester grouper… sinon, on aurait déjà tracé jusqu’au sommet de Trollsteinden avec les allemands !

Heureusement la vue commence à être belle… mais sinon ça aurait été vraiment une journée perdue.

Ce qui est rigolo, c’est que avant de partir, pour m’assurer que j’avais le niveau requis pour la sortie, j’avais envoyé un pavé à l’agence pour expliquer les sorties que je faisais, si je serais prête pour cette sortie…
Et là, les gens en fait, ils en ont eu clairement rien à carrer, ils se sont inscrits alors que c’était la première fois qu’ils foutaient les pieds sur des skis.
C’est même inacceptable venant de la compagnie qui aurait du réagir : prendre 2 guides et faire 2 groupes ? c’est la solutions que je voyais et que je leur ai proposé au retour. Un groupe de gens inexpérimentés, découverte, et un autre qui avance. Comme ça tout le monde en avait pour son argent…

Bref, il y a 2 allemands bien sympas dans le groupe, qui avancent bien (les seuls). On commence à en avoir marre des 3 autres boulets qui prennent des selfies sans avancer. Après une heure d’horreur, la guide propose une pause café… non mais une pause ??? dans ce froid ?? moi je veux avancer ! J’ai tellement froid qu’en voulant changer la batterie de ma GoPro que je m’ouvre le doigt. Je tiens plus… les allemands me donne des chaufferettes et la guide me prête ses moufles… je me demande si je ne vais sérieusement pas claquer ici, dans la neige, au milieu de nulle part, avec le dos en vrac…
Le froid me fait me crisper en plus, idéal avec ce torticolis 🤣


Après une bonne demie-heure de pause (c’est vrai qu’on était fatigués), on repart enfin. Le soleil est là, la vue est, fort heureusement, sublimissime. Et puis on s’arrête de nouveau…
J’ai mis toutes les couches possibles pour parer le froid mais à -28 de ressenti, c’est comme pisser dans un violon.

Bon et bien on va faire des photos pendant que les Lents prennent leurs selfies à 300m de là…

Joie de vivre ultime



Faire semblant d’avancer pour la photo…

On attaque la montée du sommet… et après quelques zig zag, la guide nous annonce qu’on va devoir faire demi-tour, au vue du niveau du groupe, nous n’atteindrons pas le sommet aujourd’hui.

Je suis DE-GOU-TEE. J’ai envie de gueuler sur les gens mais franchement quand tu es en vacances, t’as pas envie de trop te prendre la tête… mais là c’est innacceptable. Avec les allemands, on est vraiment verts.
On enlève les peaux, la guide me prête sa veste 😅 (je dois avoir 6 couches mais toujours aussi froid) et on commence la descente. Et là, nouvelle surprise, les boulets ne savent pas descendre non plus !
Donc on doit encore attendre… je commence à choper un « White Spot » : c’est quand ta peau commence à se dépigmenter à cause du froid… et tu ne peux jamais récupérer la couleur de ta peau (sympa non?). Donc je me couvre encore plus le visage pour éviter ces dégâts.
Je n’ai envie que d’une chose = arriver le plus vite possible.
Mais il va falloir s’armer d’encore un peu de patience…
En plus, la neige est terrible à skier = complètement gelée…
Je fais d’autant plus attention avec mon dos…

Et enfin…. après presque 4h d’angoisse, on arrive ! (7,45 km et 600 de dénivelé 👵)
Je monte dans le bus et demande à la guide de me déposer DIRECTEMENT à mon hôtel (pour éviter la case entrepôt des skis). Je suis très déçue. Après les paysages étaient sublimes et c’est ce que je retiendrais de cette journée…mais les gens, franchement, avant de vous inscrire sur des activités, assurez-vous d’avoir le niveau !

Bref, je rentre à l’hôtel et je reste 45 min sous l’eau chaude de la douche. Je ne fait jamais ça, désolée pour l’eau mais pour me réchauffer je ne voyais que ça… Baume du Tigre et je rejoints la Suédoise pour manger. On va se raconter nos journées 😅.
Elle a fait une sortie croisière et ils ont vu un morse ! Du coup ça me donne clairement une idée de ce que je pourrais faire pour mon dernier jour de libre.

Vers 20h, je rejoints Asa (l’hôte du lodge de l’année passée) avec son fidèle ami à 4 pattes Rafat. On marche une petite heure dans Longyearbyen, c’est magnifique…On se raconte nos vies depuis Août l’année passée. Elle ne travaille plus au lodge et a envie de quitter Longyearbyen 😓


Puis nous nous séparons et je pars me coucher pour ma dernière nuit dans ce chouette hôtel. Demain, je pars pour une expédition de 3 jours en chien de traîneau ! 😍

***************************************************

Dimanche 1er Avril 2018 :

Ce n’est pas un poisson d’Avril, mais je pars bel et bien pour 3 jours d’expédition en Chiens de traîneau. Je suis quand même un peu angoissée car nous partons au milieu de nulle part pour dormir…l’agoraphobie est toujours là, mais je sais que ça va être une expérience unique.
Il y a un autre truc aussi qui me stresse : la visite de la grotte de glace (claustro).
Je vais déjeuner, le temps est un peu plus maussade aujourd’hui (évidemment lorsque je dois aller au milieu de nulle part 😅).

Je remonte préparer mes affaires. Et je fais le check-out de la chambre. Lorsque je reviendrais sur Longyearbyen dans 3 jours, je logerais dans l’autre hôtel Gjestehuset 102 comme la première année (moins cher, il faut l’avouer).
Puis le minibus de la compagnie vient me chercher. A l’intérieur il y a un couple de jeunes autraliens (de Tasmanie), et un autre jeune homme.
On discute un peu dans le minibus qui nous emmène au chenil, ils ont tous l’air super sympa.
La guide, Lara, aussi une australienne, a l’air au top aussi.

Après quelques kilomètres, nous arrivons au chenil. Les chiens aboient de partout. Lara nous demande donc de la suivre dans le local (chauffé 😅) pour prendre nos combinaisons, nos bottes, moufles, chapkas…
Elle nous demande aussi de ne prendre qu’un sac avec nos affaires pour les 3 jours. J’avais déjà commencé à le préparer mais je revois un peu les affaires essentielles à prendre. Il faut partir léger…

La lumière est magnifique ce matin. J’avais peur que ce soit nuageux mais ça apporte des contrastes intéressants aux paysages.

Une fois les affaires préparées, les combinaisons chaudes enfilées, nous partons composer notre attelage de chien. Nous aurons 2 traîneaux. Les 3 australiens ensemble, puis Blaz et moi sur l’autre. Nos chiens sont séléctionnés, mais il faut leur mettre les harnais. Là, ça se complique. Je n’aime pas trop manipuler les chiens car ils sont tellement excités de partir que c’est dur de les maintenir pour leur passer le harnais.
Toute cette préparation prend un sacré temps.
Lara nous explique les techniques de freinage, de virage etc.

Puis enfin, nous allons partir. Blaz se met au commande. Je me mets dans le traîneau. Et le top départ est donné.
Les chiens sont complètement excités et partent au galop ! Et là, quelle sensation magique de glisser sur la neige… je suis complètement conquise dès le départ.

Le traîneau file sur la neige. On commence à discuter (en anglais) avec Blaz et d’un coup il me dit « I come from Lausanne ». OK. Donc ça fait 2h qu’on se parle anglais alors qu’on habite à 1h de route ?! 😂 Le monde est vraiment petit !

Les paysages sont toujours aussi magiques. Je me régale. En regardant les sommet enneigés, j’espère pouvoir venir un jour skier ici.

Puis nous arrivons au « parking à chiens » de la grotte de glace 😅. Oui car ne n’est pas comme une voiture, lorsque tu quittes ton véhicule ici, il faut enlever les harnais d’un chien sur deux etc. Il y a toute une manipulation à faire.
J’explique à Lara que je suis claustrophobe et que je ne suis pas sûre de pouvoir visiter la grotte de glace. J’avais déjà demandé par email si je pouvais rester à l’entrée pour les attendre 😅.
Elle me dit de la suivre jusqu’à où je peux et d’y aller tranquillement.
Sa technique marche et j’arrive à explorer avec eux la grotte de glace… même si je n’y serais pas restée des heures, j’arrive au bout de la visite.

Nous ressortons enfin à l’air libre. On va aller manger avant de reprendre les traineaux et de continuer notre route.
Je me décide d’aller faire pipi. Sauf qu’avec la combinaison, ce n’est vraiment pas pratique… Je me retrouve coincée dans la combi, j’ai enlevé mes gants donc mes mains gèlent au bout de quelques secondes… je commence à paniquer car j’ai froid, je peux plus vraiment bouger et je sais que des autres groupes sont en train d’arriver…😫
Quel moment fabuleux… je me promets désormais de boire le moins possible car ce n’est vraiment pas pratique d’aller au petit coin dans ces conditions (voir mortelles 😅).

Je retrouve le groupe, on commence à manger nos repas lyophilisés… et on se rend compte que l’eau chaude qu’on a mis dans nos sachets a déjà gelée sur les bort du paquet. La cuillère aussi. Il faut être rapide pour manger… car il faut enlever les moufles, mais tu tiens pas 5 min sans gant… tout est une épreuve ici !

Nous repartons atteler nos chiens.

Nous repartons en glissant sur la neige. Il va y avoir quelques descentes, Lara nous a prévenu. Du coup, je laisse de nouveau Blaz conduire le traîneau car je ne me sens pas d’attaque pour commencer à conduire dans ce genre de terrain.
La descente est devant nous. C’est assez impressionnant car les chiens ne ralentissent à aucun moment. Ils courent comme des dingues… et là, je me dis que ce serait bien que Blaz freine un peu… voir beaucoup… et rien ne se passe. Donc je lui dis « ce serait bien que tu freines un peu, non ? »…. pas de réponse. Le traîneau s’emballe et prend de plus en plus de vitesse… sauf qu’il faudrait vraiment freiner car sinon, le traineau va finir dans les chiens et pourrait les blesser…
Je retente ma question « faudrait freiner Blaz….FREINES ! FREINES!!! », aucune réponse et surtout, aucun freinage… je me retourne et là………………….. gros sketch……. Blaz n’est plus sur le traineau…. 🤣 Depuis quand ???? Pas le temps de réfléchir, le traîneau va percuter les chiens. Je décide donc de sauter du traîneau à pleine vitesse. Je roule dans la neige (pour mon dos, c’était juste ce qu’il me fallait 😅 d’ailleurs ça craque un peu…). Et je regarde au loin : Blaz qui court dans la neige.
Non mais là, je suis juste morte de rire. Je n’arrive même pas à m’en remettre… cette scène est surréaliste. Et on voit le traîneau au loin qui continue sa course… 😂😂😂
Blaz arrive, et me demande « mais tu m’entendais pas, je te disais de freiner avec la corde », ben non!!! rien entendu moi…la chapka sûrement… 😂
Je lui explique qu’au moment où je me suis retournée et que je me suis rendue compte que j’étais toute seule, franchement ça m’a fait un choc 😂. On est explosés de rire.
Heureusement, Lara a réussi à stopper notre traîneau. Elle rigole aussi car elle a vu le traîneau arriver avec personne dedans… franchement cette histoire, elle me fera toujours autant marrer…

On remonte dans notre traîneau et nous poursuivons notre route. C’est moi qui conduit cette fois. On se raconte de nouveau l’histoire avec Blaz et on pleure de rire…

Le vent s’est bien levé, il est fort et il est évidemment glacial. On doit encore avancer pour rejoindre notre petite cabine de trappeur. C’est impressionnant toute cette glace… il n’y a que peu de neige finalement.

Puis nous arrivons vers notre petite cabine. Ça a l’air rustique. Perdu au milieu de nulle part, j’adore. Très photogénique.
Lara nous fait le home tour, à savoir 1 pièce 😅.


Nous « garons les chiens ». On doit leur enlever leur harnais puis elle va préparer le feu. Nous allons nous poser un petit coup au chaud.
Le vent s’est intensifié. C’est impressionnant.
Le soleil décline gentiment sur l’horizon.

Lara nous montre la route pour demain.

Puis c’est l’heure de manger. Lara nous prépare un petit festin. L’ambiance est super chaleureuse dans cette petite cabine. Lara nous raconte ses expériences avec l’Ours Polaire et le fait que c’est souvent à cause d’une erreur humaine à la base que certains ours sont tués…

Lara va nourrir les chiens avec Blaz. Il fait un froid avec ce vent… Ils vont dormir dehors (je sais pas comment ils gèrent 😅). D’ailleurs, une des chienne de notre traîneau ne semblait pas super bien pendant le tour, Lara décide de la faire dormir vers nous 😍, on est tous ravis de son choix !

Nous allons nous coucher, dans les lits autours de la table. C’est petit mais on a finalement chacun son espace. Par contre Jullian ronfle terriblement… je ne dors rien de toute la nuit.

Aujourd’hui, les chiens ont parcouru 17 km pour 470m de dénivelé 😍

*******************************************

Lundi 02 Avril 2018 :

On se « réveille » gentiment, même si je n’ai pas dormi. Mais j’ai l’impression que mon dos commence à se débloquer… serait-ce la chute d’hier ? 😅
En tout cas, je suis contente de ne pas avoir tout annulé !

Après le petit déjeuner, nous devons ranger la cabine et atteler les chiens. Nous allons rejoindre une autre cabine aujourd’hui. Plus moderne.
On laisse la pauvre Nickel (qui avait dormi avec nous) à la cabine pour que le propriétaire de la compagnie vienne la chercher. On ne va pas la faire aller plus loin avec nous… trop triste.

Nickel et moi 😍

Nous lui disons au revoir et partons pour de nouvelles aventures.
On passe sur de la glace, j’ai peur qu’elle casse et que l’on tombe dans un lac ou quelque chose 😅.

Tout autours de nous est Blanc. Sans aucune autre pollution oculaire. C’est ce qui m’a le plus surpris. Dans les montagnes que je connais, il y a toujours un remonte-pense, un télésiège… ici, il y a RIEN.

De temps en temps, des rennes viennent nous dire bonjour 😍

Puis nous passons devant le lodge où l’on va dormir ce soir. On y dépose des affaires et repartons dans la même direction d’où j’étais venu en motoneige 2 jours auparavant. Venir avec les chiens est une toute autre aventure…

Finalement, j’adore conduire… c’est reposant, et en même temps physique par moment. Il y a une sensation de liberté qui est juste incroyable… Juste ce bruit de chaines des chiens, et le glissement du traîneau sur la neige… je profite à 100% et en prend plein la vue.

Happiness 🙂

Nous nous arrêtons devant la cascade gelée (que j’avais déjà vu) pour le déjeuner.

Et nous reprenons la route. J’ai toujours en tête que si un ours nous poursuivrait derrière le traîneau, ce serait vraiment flippant… mais en chien de traîneau, la rencontre arrive moins souvent car les ours entendent les chiens et ne s’approchent pas instinctivement… Mais comme dit Lara « we never know », donc, toujours être sur ses gardes…

Puis nous arrivons dans le lodge. On s’occupe de « parker » les chiens et de leur donner une friandises. Puis nous partons à la découverte de ce magnifique lodge, que l’on aura juste pour nous !

Après manger, nous allons juste voir avec Lara et Blaz ce qu’il y a derière la coline. Fusil toujours disponible, en toutes circonstances…
Ces couchers de soleil sont les derniers avant que le soleil de minuit domine.

Nous partons nous coucher (j’ai soigneusement choisi une chambre LOIN de Jullian) 😂
Je serais donc seule dans une chambre de 4… parfait !
Ma fenêtre donne sur les montagnes enneigées… j’imagine un ours passer par là, ce serait le rêve 😊.
Nous sommes au milieu de la nature hostile sans personne autour, et franchement, je me sens super bien…

Aujourd’hui, nos chiens ont parcouru 40 km pour 640m de dénivelé.

**********************************************

Mardi 03 Avril 2018 :

Réveil. Je regarde par la fenêtre : il fait beau. Encore une belle journée au milieu des paysages féériques.
C’est déjà notre dernier jour.
Petit déjeuner copieux puis il faut aller enlever les crottes des chiens gelées à la pelle. Le travail est vraiment pas facile, mais ça a le mérite de réchauffer !
Ah une expédition avec des chiens, ce n’est pas ce qu’on croit 😍.

Nous faisons des photos de chaque chien pour immortaliser l’instant.
Alien se prête au jeu difficilement, mais elle est si belle que toutes les photos sont réussies.

Puis nous repartons pour notre dernière grande promenade. Nous revenons d’abord sur nos pas, puis nous bifurquons à droite pour aller dans une autre vallée. Nous croisons des gens en ski et pulka… sacré challenge ça aussi…

Je recommence à pleurer de rire au moment où Blaz perd un gant. Arrêt d’urgence. Et en fait les chiens, s’ils sentent à peine que ça re-bouge dans le traineau, ils se remettent immédiatement à foncer… du coup il essaye d’aller tout doucement mais à la moindre secousse, les chiens repartent à courir… je suis morte de rire…🤣
Il a à peine le temps de s’asseoir que les chiens ont déjà entamé leur sprint…🤣🤣🤣

Ensuite nous faisons la pause goûter (on ne fait que bouffer) avec de trop bon cookies aux pépites trois chocolats 🤤.
On en profite pour câliner les chiens.

Et nous repartons, cette fois direction point de départ. C’est la fin de notre périple…

Je suis un peu triste de quitter les chiens, mais ils sont bien ici… le froid est leur élément…

Aujourd’hui, les chiens ont parcouru 45km pour 500m de dénivelé.

Nous quittons nos chiens éreintés. Un repos bien mérité les attend. Un petit au revoir et Lara va nous redéposer à Longyearbyen. On se dit qu’on peut tous manger ensemble à Longyearbyen. Lara est d’accord aussi 😊.
Sur le chemin, nous voyons de petits rennes 😍

Je suis dans la guesthouse en face de celle de Blaz. On se donne rendez-vous un peu après pour aller en ville ensemble.

En allant en ville avec Blaz, nous tombons sur des rennes qui broutent tranquillement devant la Guesthouse.

Photo @Blaz

Nous passons une belle soirée ensemble. Le restaurant est très bon aussi. C’est Jullian qui nous l’a payé… le fou… Merci encore Jullian, vraiment !

J’ai une journée de libre demain et je pense faire la croisière pour changer un peu du motoneige ou chien de traîneau. Je réserve la sortie et vais me coucher.

************************************************

Mercredi 04 Avril 2018 :

Je me réveille gentiment et pars au petit-déjeuner. Puis un bus vient me chercher pour aller au port. La guide est super sympa et nous explique vraiment bien tout ce qu’il va se passer. Nous ne pourrons pas accoster à Pyramiden, je le savais déjà et honnêtement, ça va pas me gêner 😅.
Ayant cassé mes lunettes de soleil au premier jour de l’expédition de chiens de traîneau (ou plutôt le froid les a cassé), je prends mon masque de ski car le soleil sur la neige, ça fait trop mal aux yeux.

La croisière commence. Il y a un mec qui essaye d’engager la conversation mais je n’ai pas du tout envie de parler ce matin… en plus il me parait lourd. Bref, j’essaye d’aller dehors pour faire des photos mais il fait un froid affolant… du coup je rentre assez vite.

Je scrute partout pour trouver un ours évidemment… sans succès…J’avais entendu qu’un ours était vers Pyramiden, et c’est pour ça que j’ai choisi ce tour… mais il ne faut pas rêver…
Par contre, nous voyons un morse avec son bébé 😍. Magique !

Un autre morse se dore au soleil un peu plus loin.

Nous mangeons (barbecue, dont de la baleine 😡), je prendrais juste de la salade et des pates…
Le mec lourd (ce sera son nom) vient me revoir pour manger vers moi… et un chinois aussi. Ils engagent la conversation. Le « mec lourd » est américain. Il part pour Tromso demain (et merde comme moi…), même vol… le Chinois nous explique qu’il est là juste pour être « plus au Nord que ses amis qui sont allés en Islande »…. super dis donc…
Les paysages il s’en fout en fait…ce qu’il veut, c’est dire qu’il a été plus au nord que les gens qu’il connait… bref

Nous allons accoster sur la banquise… Je laisse passer les gens qui veulent à tout prix descendre en premier…

Nous repartons pour rentrer au port. Cette excursion dure 11h au total. C’est très très long… et la mer a décidé de se démonter… c’est une horreur… impossible de se déplacer, ça bouge violemment….les 3 dernières heures sont infernales… plus personne ne parle. Les gens ont tous la nausées. Ce qui est pas si mal comme ça je suis tranquille.
J’ai clairement le mal de mer dans ce bateau… en même temps ça bouge énormément et longtemps… Je décide de m’allonger et de me reposer… ça va mieux. Mais c’est interminable…

Et ENFIN, le bateau arrive à Longyearbyen. La vache…

J’avais dit à Blaz qu’on mangerait ensemble ce soir, ça me donne un « alibi » car le mec lourd m’a demandé si je voulais manger avec le chinois et lui ce soir… quel dommage !
On se rejoint donc au restaurant en face de ma guesthouse.
Le burger végétarien est plutôt bon ! On se prend un petit dessert.
Demain je repars… le vol est à 14h. Lui reste encore un jour pour faire une journée de motoneige vers la Cote Est. Trop bien ! Il va peut-être voir un ours !!! C’est un endroit assez propice…

On se dit au revoir, car on ne se reverra pas.
Je pars me coucher…

*******************************************************

Jeudi 05 Avril 2018 :

Je vais déjeuner puis je pars courir un coup pour aller voir la pancarte « Attention Ours » à la sortie de la ville.
Il fait froid. J’ai mis mes petits crampons vu la glace qu’il y a partout. Et je pars sous un soleil radieux.
Je passe déjà par l’église, puis je longe le fjord pour atteindre la pancarte. Magnifique…
Il y a du vent mais j’adore l’ambiance…

Au retour sur la ville, je tombe sur un renne qui dort au milieu de la rue 😍.

Je rentre au chaud me doucher vers 9h après un peu plus de 10 km et 200m de dénivelé.
J’aperçois un renard polaire plus haut ! Je suis trop heureuse. Je prends une photo avec mon petit appareil mais on ne voit pas bien, et cours vite chercher mon gros appareil photo… malheureusement, il a disparu…


Je n’ai pas du tout envie de partir… je voudrais rester encore ici…

Je vais prendre le petit déjeuner et me prépare pour aller un petit coup en ville. J’aimerais m’acheter des lunettes de soleil pour la Norvège. Avec la neige, c’est essentiel…
Je vais donc dans un magasin de sport et prend un model pas trop cher de dépannage (car j’en ai d’autres à la maison).
Puis je décide d’aller dans la chocolaterie où on peut acheter des petits ours polaires en chocolat (oui, je sais je suis complètement folle avec ces ours) 😍.

Ca fait vraiment du bien d’avoir du temps pour se poser comme ça, sans activité. Juste flâner et profiter comme j’aime.

Dans un magasin de souvenir, devinez qui je retrouve……………….?? Hé oui, le mec lourd ! Non mais c’est une blague ? il me suit ? haha.
On discute 2 min et je repars avant qu’il ne me propose de m’accompagner de nouveau.
Je remonte à mon hôtel et me prépare.
Juste derrière l’hôtel, des rennes sont là… je pars faire quelques photos. Ils sont magnifiques.


Le bus va passer me chercher vers 11h30 pour l’aéroport.

Je prends mon temps en arrivant devant l’aéroport. Comme ça je fais mon selfie final devant la pancarte… et voilà, je n’aurais toujours pas vu d’ours ! il va vraiment falloir que je revienne 😆

Non en vrai, je rêve déjà de revenir de nouveau… faire d’autres activités et explorer encore plus cet archipel… Svalbard, je reviendrais !

Selfie final

Puis il faut embarquer… je peux rester ici ??
Surtout que je n’ai rien de prévu demain. J’avoue que je suis presque déçue de partir aujourd’hui…Si j’avais su que je n’aurais rien prévu demain, je serais restée un jour de plus…

Je suis à côté du hublot… la vue risque d’être sublime… je mets mes écouteurs et m’enferme dans mon monde…
L’avion quitte le sol, cet endroit me manque déjà… Je n’arrive pas à l’expliquer mais je crois que j’ai trouvé L’endroit où je me sens bien…j’ai toujours l’impression d’y laisser une partie de moi en partant…


La vue, est juste spectaculaire. Je passe mon temps à imaginer les ours qui marchent sur la banquise… cette étendue de blanc, à perte de vue… c’est juste magique.

Le vol se passe très bien…nous allons bientôt atterrir à Tromso.

Je demande un taxi à l’arrivée (avec mes skis – valises, trop galère dans la neige et le bus).
Il me dépose devant la maison où j’ai loué un appartement.
L’hôte vient m’accueillir. Il s’agit d’Andre. Un allemand, marié à une norvégienne, architecte.
Il me montre l’appartement. C’est superbe ! Je ne suis pas déçue…

Je m’installe gentiment et pars faire quelques courses à l’épicerie de quartier.
Demain je n’ai rien prévu. A la base, je devais retrouver les filles rencontrées sur l’excursion Glacier de l’année passée, mais pas disponibles avant vendredi.

En revenant de courses, Blaz m’envoie un message… il a vu un ours en motoneige !!!! J’en pleure même ! Je veux y retourner et vivre ça ! … rien que les traces de pattes, j’aurais voulu les voir ! Tellement heureuse pour lui…
Aussi fou que ça puisse être, je suis déçue d’être partie si vite des Spitzbergs, j’aurais du essayé de décaler mon vol au lendemain ! Mais bon…je relativise, je suis en vacances à Tromso maintenant… je reviendrais au Svalbard, mais pour l’instant, il faut que je profite ici.

J’ai essayé de trouver une excursion pour demain, ou alors des renseignements sur les endroits où je pourrais aller seule… je regarde un peu les bus aussi…. mais c’est compliqué. Le risque d’avalanche est très fort, alors partir seule sur certains spots ne serait absolument pas raisonnable…

Du coup, je pars au lit. Je verrais bien demain !

**********************************************

Vendredi 06 Avril 2018 :

Je me lève et déjeune dans mon appartement. Il fait nuageux mais ça a l’air pas trop mal.
Je me suis décidée pour aller tester les pistes de ski de fond de Tromsø.
Je pars donc vers 10h30 avec mes skis pour trouver les pistes de ski, qui ne sont pas si loin de l’appartement.

Il fait bon et je commence à skier, c’est plutôt pas mal ici 😊.
Je pars dans la vallée de Tromsdalen. J’essaye de ne pas me perdre car il y a des bifurcations partout. Ça monte un peu par moment 😅 mais c’est sympa. Il y a une belle vue sur les montagnes enneigées derrière moi.


Je rentre à l’appartement pour manger, me changer puis je me décide de partir pour le téléphérique. Je prends mes skis de randos et il faut que je marche pas mal 😅.
Une fois en haut, j’aimerais faire une petite sortie ski de rando sur les sommets histoire de m’occuper et en prendre plein la vue.

Arrivée en haut du téléphérique, je pars sur les hauteurs. Le temps se gâte un peu… mais la vue est superbe !

Je reste un petit moment. En fait, ça me fait vraiment bizarre de pouvoir faire des choses seule. Aux Spitzbergs, il faut un guide pour tout… ici, on peut partir où on veut, quand on veut… plus besoin d’avoir un fusil. Et cette liberté soudaine est dure à dompter.

Le temps continue à se dégrader mais les couleurs sont belles.
Je me décide à revenir tranquillement à l’appartement.
Ce soir, je mange chez Daniel (le guide de l’année passée !), j’aimerais passer chercher un petit paquet de chocolats pour lui emmener.

Je rentre, vais me doucher et me prépare pour aller chercher un petit quelque chose pour Daniel à l’épicerie du coin.

Daniel passe me chercher et on se dirige chez lui. Son chat m’accueille 😍 il est magnifique.

Ca fait super plaisir de revoir Daniel. On se raconte un peu nos vies.
Je suis contente d’avoir garder des contacts avec les gens de l’année passée.
Je repars pas trop tard et vais me coucher assez tôt.
Demain, je pars en ski de randonnée avec les filles : Gorill et Aud.

****************************************************

Samedi 07 Avril 2018 :

Je me lève et pars courir un petit coup et prend mon Petit déjeuner copieux. Il neige plein pot. Il va me falloir du carburant pour résister au froid 😅.

Andre, l’hôte qui me loue l’appartement passe me prêter un DVA pour la sortie d’aujourd’hui. C’est bien sympa…il faudra absolument que je m’en achète un !

Les filles passent me chercher, je suis super contente de les revoir !
Nous partons avec un de leur ami aussi. Nous allons tenter l’ascension de Lille Blåmann.

Pour la vue, ce n’est pas gagné aujourd’hui… mais l’ambiance est sympa !

Plus on monte, plus le brouillard d’épaissi. Petite pause pour manger avant de tenter de trouver le sommet 😅.

Et après un moment, on trouve enfin le sommet !

Nous redescendons mais c’est la cata, on ne voit rien du tout ! C’est là que je suis bien contente d’avoir ma montre GPS qui m’indique le chemin que l’on a pris en montant. Grâce à ça, nous allons dans la bonne direction… Leur ami avait un GPS mais ne donnait pas la bonne indication… on aurait pu finir tout droit dans le ravin…

La vue se dégage un peu en redescendant. La neige est parfaite !

A l’arrivée, j’invite les filles à manger une pizza sur Tromsø.
Il est tôt mais en Norvège, on mange plutôt très tôt 😅.

Demain, elles m’emmènent en Backcountry Ski, je n’ai jamais essayé ce type de ski. Une de leurs amies va me prêter le matériel.
Elles me déposent à mon appart’ et on se donne rendez-vous demain.

En partant me coucher, j’aperçois des aurores boréales.
Il neige ensuite, toute la nuit…

************************************************

Dimanche 08 Avril 2018 :

Je me réveille gentiment, une belle couche de neige toute fraîche recouvre les paysages… c’est magnifique ! La Norvège l’hiver est également bien différente de l’été.

Andre m’a proposé une sortie ski de rando en fin de journée, suivant l’heure où je rentre. C’est mon dernier jour et je ne pourrais pas refuser 😊. Trop contente de refaire un sommet !

Les filles passent me chercher et nous faisons presque une heure de route pour arriver au lieu de départ. Les paysages le long de la route sont fabuleux… le ciel est dégagé, grand beau et la neige fraîche toute blanche… magique…

Nous arrivons sur un grand parking d’où partent les sorties ski backcountry, et ski de rando. Le sommet me fait de l’œil, mais aujourd’hui, ce ne sera pas le but !

Et c’est parti pour une nouvelle aventure ! 😊

Les paysages sont magiques. En plus avec cette neige toute neuve c’est d’autant plus beau.
On continue d’avancer en discutant et rigolant… Les filles ont emmené une amie à elles, super sympa aussi !
Le ski backcountry est guère différent du ski de fond en mode alternatif (dans les traces). Là, le dameur n’était pas encore passé et les traces étaient faites par nous.
On croise des gens qui ont passés la nuit dans la hutte avec leurs jeunes enfants. Les petits ont à peine 2-3 ans qu’ils sont déjà sur des skis ! J’adore cette mentalité d’être le plus possible dans la nature…dès leur plus jeune âge.

La première hutte apparaît… ça me plairait tellement de faire un « raid » de cabanes en cabanes ici ! C’est sur ma « to do list » 😊

Gorill

Nous faisons une petite pause à la cabane. Je visite. Il y a TOUT pour rester la nuit. Des lits, un chauffage à bois, des boissons, une cuisine… c’est génial ! C’est vraiment très chaleureux.

Nous repartons skier dans ces immenses étendues de neige.

La journée se finie gentiment. Nous avons fait demi-tour pour revenir à la voiture… On aurait pu rejoindre Tromso à ski, mais il aurait fallu ramener la voiture plus tard…
Après presque 17km et plus de 300m de dénivelé, nous arrivons à la voiture. J’ai des ampoules pleins les pieds 😅

Nous retournons sur Tromso et les filles me déposent à l’appartement. Je préviens Andre que je suis rentrée et il passe me chercher. Nous faisons environs 30 min de route pour arriver au lieu de départ. J’active le DVA, on chausse nos skis et c’est parti !
Avec Andre, c’est un autre rythme 😅. Ca avance !
Ça me fait plaisir de me mettre un peu dans le rouge ! Et vu que le soleil se couche gentiment, ce serait bien d’arriver au sommet avant la nuit.

Après avoir passé une portion de forêt, derrière moi, le fjord commence à apparaître. C’est magnifique. Je prends pleins de photo en essayant de garder le rythme.

En 1h15, nous atteignons le sommet à 850m d’altitude. Je suis sèche, mais contente ! La vue est splendide…

Andre

C’est heureuse que j’entame la partie qui me fait le plus peur et la plus fun quand même : la descente.
La neige est exceptionnelle… une poudre… incroyable. Andre est une fusée ! Il trace à une vitesse… quelle rapidité !
Je vais à mon rythme car au bout d’un moment, les cuisses me chauffent.
Puis le pire arrive : la forêt.
Le sketch… j’essaye de slalomer au mieux que je peux. Mais des fois la vitesse n’est plus contrôlable et je vois les arbres arriver d’un coup… je tombe une fois dans la poudreuse (dur de se relever d’ailleurs). Mais on arrive finalement à la voiture après un bon moment à galérer dans la forêt…

On remonte en voiture et je remercie Andre pour cette sortie magique !
Elle clôture parfaitement mon séjour.

En rentrant, je refais tous mes bagages. Demain matin, un taxi viendra me chercher à 5h pour aller à l’aéroport.

Il y a des aurores boréales dans le ciel quand je vais me coucher… mais pour être honnête, je suis trop fatiguée pour m’y attarder… j’en ai déjà vu et là, je suis en plein cœur de la ville, ça ne risque pas d’être fou. Mais je ne peux m’empêcher de regarder par la fenêtre avant de m’endormir…

****************************************

Lundi 09 Avril 2018 :

Le réveil est dur. Mes affaires sont prêtes. Je range les derniers trucs qui traînent dans l’appartement, et le taxi arrive.
Le trajet pour l’aéroport se fait en 15 min… Andre avant raison de ne pas me faire prendre de taxi trop tôt…

Je check mes bagages, passe les douanes et déambule un peu dans l’aéroport.
On se voit avec les copains qui étaient partis en même temps que moi, on va se boire un coup et c’est l’heure d’embarquer. Le vol est à 6h35.
Je suis en classe affaires… je ne sais même pas comment d’ailleurs. Je crois que les prix étaient les mêmes quand j’ai réservé (sinon je ne l’aurais jamais pris).
Je suis donc tout devant. Au hublot. Et chouchouté ! Car je suis la seule femme de la classe Affaires !

On m’emmène des sashimis de saumon… Je suis végétarienne mais je préfère le manger plutôt que ça parte à la poubelle. Je déteste par dessous tout le gâchis…
Le tout est présenté dans une belle boite… impressionnant !
Le saumon est divin. Je n’en avais jamais mangé un aussi bon.

Puis on m’emmène des chocolats dans une petite boite, d’un chocolatier… idem, parfaits…
Je me dis que je devrais prendre plus souvent les classes affaires 🤣

A Oslo, nous avons 1h20 de transit, donc il faut aller vite à la nouvelle porte d’embarquement. Je retrouve les copains. Et on embarque très vite.
Le vol se passe très bien, nous arrivons à Genève à 12h25.

Cette fois c’est la fin du séjour…

Je pense déjà vite reprendre des vols pour tenter de voir l’ours cette fois !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :